Charlotte

Une force de vie irrépressible

Un souffle qui naît de l'ombre

Mon histoire

Je commence les arts créatifs à l'âge de 8 ans, dans les ateliers de l'artiste-peintre Fabienne Péry. En plus de devenir une maman de cœur, Fabienne sera la première femme initiatrice de mon chemin. Elle m'apprend que...

l'art offre toutes les libertés.

Lorsque je peins, je crée un monde qui me ressemble et dans lequel je me sens moi-même. Dans le monde réel, c'est difficile... Très vite, je me sens en décalage avec beaucoup d'enfants de mon âge.

Je vis ma sensibilité comme un fardeau.

Je suis propulsée dans une réalité brutale en vivant un abus sexuel à l'âge de 12 ans.

Cette déchirure ouvre une longue traversée dans les ombres.

Ma relation à mon corps devient un terrain miné, au début de l'adolescence. Je développe une maladie qui protège mon intériorité. En prenant du poids, j'étouffe la déchirure intérieure.

La boulimie crée des limites qui n'existent plus, un espace de sécurité.

En parallèle, l'art continue à œuvrer. J'exprime dans mes travaux ce que je n'arrive pas à dire avec ma voix et avec mon corps.

Je suis entourée par mes amies

dont l'amour me permet de continuer.

Quelques années plus tard, à l'école, je tombe dans une relation qui me détruit à petit feu. C'était mon endroit le plus fragile. Pendant près d'une année, une dynamique de perversion s'installe lentement et profondément. Je perds mon statut de sujet et je deviens un objet. Par une technique de manipulation très fine, au fil des mois, des sévices corporels, sexuels et psychologiques de plus en plus violents se mettent en place. Il a besoin de me voir souffrir pour prendre du plaisir. Je découvre le viol sous de multiples visages. Je ne sais pas encore à ce moment-là qu'il fait partie de ceux qu'on appelle "pervers narcissique". Je suis sous l'emprise d'une relation de dépendance affective qui me fait perdre mon pouvoir et qui anéantit mon âme et mon corps.

La seule voie de sortie est le suicide.

A l'orée de la mort, pendant ma tentative de suicide, une flamme en moi me permet de comprendre que j'ai le choix. Si je choisis la mort, la souffrance est terminée, je suis délivrée. Si je suis choisis la vie, ce sera difficile, mais...

Il y a forcément autre chose.

Au plus profond du gouffre, je connecte pour la première fois avec tant de puissance à ma force de vie.

Il aura échoué. Jenna, mon amie depuis toujours, m'a sauvé la vie.

Le chemin de reconstruction est long, douloureux, semé de doutes. Je rencontre mes terreurs, mes faiblesses, ma maladie. Mais il y a aussi toujours l'autre côté. Cette force de vie qui m'a poussé plus loin, qui me tient. Pendant cette traversée des ombres, j'ai perdu la foi. J'essaie seulement de me lever chaque jour dans un corps anéanti qu'il faut reconstruire. Je ne sais pas comment faire.

Alors, je continue à créer. C'est ce qui me maintient en vie. C'est ma seule réponse.

Je commence une longue psychothérapie, qui me permet de mettre des mots sur ce qui est innommable. Je comprends les enjeux psychologiques au fil des séances. Nous travaillons minutieusement sur chaque trauma grâce à l'EMDR. Le plus dur, c'est la dissociation. Les moments où je sors de mon corps.

Je découvre le courage. Cette force qui m'amène à aller regarder là où j'ai peur.

En parallèle, je commence le rock'n'roll acrobatique. La danse devient un socle et les gens du club sont comme une famille pour moi. Ce sont mes espaces de respiration.

 

La psychothérapie aura ouvert mon chemin de rencontre avec moi-même et avec l'humanité dans sa beauté comme dans sa monstruosité. Une soif d'apprentissage et d'exploration de l'Être m'habite désormais pour toujours. Ma psy,  Marie-Valérie, fait partie des rencontres transformatrices de ma vie. La psychothérapie aura œuvré pour soigner le plan psychologique.

Mais dans le corps, mes cellules souffrent encore.

Je recherche des solutions pour soigner le corps, le trauma sur un plan de la matière. Je découvre que les déchirures ont un impact sur tous les plans et que nous sommes des Êtres multi-dimensionnels. Je ne réalise pas encore que c'est grâce à la violence de ces sévices que je suis en train de connecter à ma plus grande force.

A force d'aller explorer dans le détail la douleur, quelque chose de solide s'installe en moi.

Pendant 10 ans, je pose nue. Voir mon corps à travers le regard des autres me permet de me le réapproprier, de réintégrer ce qui m'a été volé. Nous créons ensemble le projet artistique "Entrailles" avec mon amie photographe Anne Gerzat, grâce à qui je reprends confiance, par son regard sensible et fin.

 

Je fais la formation des Beaux-Arts de Genève, en bande-dessinée et illustration. Ce métier m'apprend à raconter, il me permet d'affiner mon besoin d'exprimer grâce aux mots et aux images. Je rencontre l'écrivaine Vivienne Baillie Gerritsen, grâce à qui j'illustre mon premier livre, " Le Poète".

 

En parallèle, je continue à chercher des solutions pour la déchéance qui vit dans mon corps et dans mon cœur. Je commence une thérapie, qui propose des outils tels que l'hypnose.

Lors de la dixième séance, après avoir établi un lien de confiance avec le thérapeute

Je suis abusée sexuellement.

J'entre dans état de folie, qui assemble paranoïa et crises d'angoisses permanentes. Il n'y a pas de répit. Je n'arrive plus à créer. Vivre devient une expérience où je suis épluchée, à vif, en danger. On me propose l’hôpital psychiatrique mais j'ai peur de l'asservissement par la chimie et de l'enfermement. Je pars voyager en Amérique Latine pendant presque une année. C'est à la fois une fuite, une nécessité et un rêve qui se concrétise.

L' Amérique Latine me redonne vie et confiance

La générosité, le sourire et la simplicité des gens. Les couleurs vives et fortes, la distance avec la Suisse, les risques pris et les solutions trouvées, le nombre de kilomètres parcourus qui permettent de laisser mon histoire derrière, la rencontre avec l'autre, sa déchirure et sa résilience inspirante... Tout le continent offre à mon cœur une vibration, un souffle nouveau. Je rentre en Suisse avec moins de peurs et une force renouvelée.

Et puis, il a fallu entrer dans le monde du travail...

Que faire, à présent ? En impossibilité totale d'être soumise à une autorité extérieure, je me lance en tant qu'indépendante. Nous collaborons quelques mois sur un projet d'entreprise artistique avec Désirée Fluijt, auquel nous devons renoncer, faute de moyens. Pendant mon voyage en Amérique Latine, l'idée de partager la puissance que l'art peut apporter dans nos vies a fait germer mes premiers ateliers artistiques.


Fabienne, qui m'aura non seulement initiée à l'art, puis à la pose nue, me passe le flambeau de ses ateliers alors qu'elle prend sa retraite. Il faut trouver un lieu. J'écris à la commune de la ville de Gland pour proposer mon projet d'ateliers. La commune est à ce moment justement en train d'ouvrir un espace socio-culturel, partagé par les jeunes et les artistes. Une ancienne école à rénover pour y faire vivre des projets.

J'expérimente et je prends un plaisir immense à œuvrer au sein de La Pépinière.

Je découvre un amour profond pour l'enseignement, le partage de mes outils et la création d'espaces propices à l'expression de soi. Pendant près de cinq ans, la commune de Gland met à disposition une salle dont je peux bénéficier pour proposer mes ateliers ouverts à toutes et tous. J'y tiens aussi des espaces de parole,  puis, par la suite, j'ouvre avec des amis la première épicerie gratuite du canton, grâce aux aliments invendus des magasins ( La Pépicerie ).

Au fil des années, je suis de plus en plus émerveillée par le lien de confiance qui se crée avec les participant-e-s et le potentiel de transformation que l'art permet, aussi chez les autres.  Je continue à chercher des solutions pour apaiser les traumas qui font souffrir mon corps. Je rencontre Ariane Othenin-Girard. Par sa pratique du Toucher Thérapeutique, ses mots, son amour, cette femme m'accompagne à ramener de la vie dans mes cellules.

Je suis bouleversée par cette première renaissance.

Le travail régulier avec Ariane me permet de laisser mourir l'ancien et d'accueillir le nouveau dans la matière, dans mon corps et dans ma vie. Son toucher me fait rencontrer ma sécurité. J'apprends à ses côtés sa pratique que je partage aujourd'hui avec beaucoup d'amour.

C'est au même moment que je vis une autre rencontre qui transforme complètement ma vie.

Les artistes Céline Angèle et Jean Daniel Fricker, lors d'un stage de danse Butô, révolutionnent mon rapport à mon corps. Dès les premières minutes du stage, grâce à leurs propositions de danse subtiles et puissantes,  je connecte à un essentiel qui ne me quittera plus.

Leur sensibilité, leur poésie, leurs profondeurs et la liberté infinie qu'ils invitent dans leur enseignement résonnent avec mon besoin viscéral d'être en lien intime avec mon corps, avec ma chair, avec mes os.

La danse devient à la fois l'endroit le plus difficile et le plus important.

C'est comme si chaque geste, dans sa présence, me permettait de redonner vie à ce qui était figé, sali, meurtri. C'est comme si je pouvais exprimer pleinement cette obscurité. Depuis, je continue à participer à leurs stages qui enrichissent toujours plus mon quotidien, mon rapport à mon corps et ma relation à l'art.

Lentement, grâce à ces rencontres, je mesure que l'art visuel permet bien des choses, mais cela reste une pratique éloignée du corps. Il y a un intermédiaire entre soi et le monde. Je mesure que l'endroit le plus intime, ce qui parle vraiment de nous, ce qui porte notre histoire, c'est le corps.

Et dans le corps, il y a un organe invisible qui s'exprime avec force... La voix.

Le chant a toujours été quelque part. Mon père nous chantait des berceuses à la guitare. J'ai joué du piano avec Désirée Fluijt, qui m'encourageait à poser la voix, j'ai écrit et chanté dans différents groupes de musique...

J'ai pourtant besoin de connecter à une voix autre, primordiale. A des cris, des sons, des vibrations pures et brutales. Quelque chose qui ne se contrôle pas. Mais qui transperce l'espace.

Le silence a été un des poids les plus lourds de mon histoire. Comment poser des mots  ? Il y a le déni de l'entourage, la peur d'être jugée, le besoin de protéger, la honte et la culpabilité qui empêchent de dire. Grâce à la danse et au toucher, grâce à l’émergence que cela offre à mon corps...

Ma voix, elle aussi, se révèle. Elle brise le silence.

C'est le travail avec les plantes qui ouvre mon chant.

Le chamanisme s'est présenté sur mon chemin dès mon voyage en Amérique Latine. Le respect de la terre, la relation avec le vivant, la sensibilité par laquelle on entre en lien avec l'invisible, les connaissances ancestrales... Il y a eu plusieurs rencontres qui m'ont amenée sur ce chemin. Les plantes-médecines ont le pouvoir de travailler sur nos multiples plans, elles m'ont permis de restaurer profondément mes cellules.

Je fais un bout de chemin dans ce sens auprès de Pascal Martelli qui a tout de suite vu le potentiel de chant en moi et qui m'a encouragé à prendre ma place avec la voix, pour accompagner ses cérémonies. J'y découvre une palette infinie de possibilités vocales et vibratoires, que je reçois à travers les enseignements des plantes.

Je peux exprimer ma poésie, le sensible, la délicatesse, le sauvage. Ce que j'entends, à travers les multiples dimensions de ma voix.

J'y découvre combien le chant permet non seulement d'exprimer les profondeurs, mais aussi, de toucher la chair avec la sensibilité, la vibration ou le cri que je choisis de donner.

Je ressens un besoin d'approfondir mon travail avec les plantes, ma connaissance du Féminin et une sexualité consciente et respectueuse.

La vie met sur ma route Yerumael

Auprès de qui je vis plusieurs diètes de plantes, un travail profond qui invite au silence, à la réflexion sur soi et à l'alchimie grâce aux vertus des plantes. Un engagement qui demande à aller voir son obscurité en face. C'est lors de ces diètes que je connecte à la suite de mon chemin, à la nécessité de partager au monde tous les trésors récoltés à travers mes ombres. J'y écris mes chants, j'y rêve un lieu pour accueillir celles et ceux qui sentent l'appel de s'explorer, de s'exprimer et de prendre soin.

Elle m'initie au Toucher Sacré

Une pratique ancestrale qui vient de la lignée de Marie-Madeleine et qui contribue profondément à mon chemin de reconstruction, de connexion à ma chair et à ma sexualité dans sa plus belle dimension. Je partage aujourd'hui cette pratique avec passion, douceur et amour.   D'autres rencontres précieuses arrivent sur mon chemin, me soutiennent et complètent mes connaissances chamaniques. Emmanuel Civelli, Carol Anpo Wi et leurs médecines.

Petit à petit, au fil du travail sur moi...

Ma foi se reconstruit. La force de la prière consolide quelque chose de puissant dans mon corps, dans mon cœur et dans mon existence. Je vis une relation intime avec le Christ, qui me donne la force d'aller explorer mes ombres les plus sombres en confiance. Et je rencontre d'autres alliés qui me guident au quotidien. Je me sens protégée. Je me sens aimée. Je me sens renaître. Je me sens vivante.

Un lieu précieux qui est à la fois un refuge et un terrain d'apprentissages magnifiques se pose sur ma route. Le sanctuaire Co&xister, ses animaux et mon amie Virginia ont soutenu chacun de mes processus.

Auprès des animaux et de leur gardienne, je connecte à une simplicité, une humilité et un amour pur, brut et sincère, sans fioritures. Une relation à la terre ancrée et incarnée.

Cela a été une évidence d'ouvrir ce lieu rêvé, appelé " La Matrice", à Frenières-sur-Bex, le village où est établi ce lieu. La Matrice, dont le nom a été choisi pour rendre grâce à l'organe de l'utérus, si puissant dans son potentiel créateur. Dans mon utérus, il y a des fissures. Mais c'est par elles que traverse la lumière.

 

Pendant une année, j'ai eu un plaisir immense à gérer ce lieu, dans lequel j'ai proposé de nombreux espaces de créations et d'accompagnements ouvert à chacun-e, allant de 2 heures à 5 jours.

Puis, j'ai eu besoin de libérer du temps et de l'énergie pour approfondir mon travail artistique et thérapeutique.

Car tenir un lieu d'une telle envergure nécessite beaucoup de charges, qui amènent une grande pression.
De plus en plus à l'écoute de mes besoins et dans le respect de moi, je crée une qualité de vie faite de lenteur, de repos et de relaxation. Ce sont les critères nécessaires qui m'ouvrent à l'épanouissement, à la profondeur, à la création et qui me permettent de vivre un don de moi équilibré. 

J'ai donc remis ce lieu, ce qui m'offre aujourd'hui beaucoup d'espace pour approfondir la qualité de mon travail et de mon existence. Je continue à œuvrer à Gland qui m'a vue grandir en tant qu'artiste et qui me voit fleurir en tant que femme.

Je crée des espaces d'expression grâce à l 'art dans ses multiples dimensions.

J'accueille chacun-e qui désire être touché-e dans son cœur et dans son corps. J'accueille chacun-e qui souhaite se rencontrer, découvrir ses forces et ses vulnérabilités. Chacun-e qui ressent l'envie de créer, d'exprimer qui il/elle est, dans son chaos comme dans sa clarté. J'accueille chacun-e qui est au fond du gouffre et qui ne sait plus comment vivre. J'accueille la détresse et la puissance.

 

J'accueille chacun-e qui souhaite donner naissance à son autorité intérieure, à sa propre liberté. Chacun-e qui désire inviter le plaisir dans sa vie. J'accueille chacun-e qui souhaite faire vivre sa poésie, découvrir la puissance de la douceur, rencontrer la beauté de la lenteur, dévoiler sa sensibilité en toute sécurité. Embrasser son corps et ses multiples dimensions. 

Je vous accueille, à bras ouverts.

Votre diamant brille de mille feux, depuis vos déchirures et votre puissance unique.  Qui que vous soyez, bienvenue.

 

Je suis remplie de gratitude pour mon chemin, pour les rencontres, pour l'amour et pour le chaos qui m'ont donné naissance.